L’alimentation dans l’enfance facteur de prévention de certaines maladies?

L’alimentation et en particulier le régime méditerranéen sont maintenant de plus en plus mis en avant comme une possible prévention des troubles cognitifs et des démences. Plusieurs grandes études ont en effet montré leurs liens possibles sur des suivis parfois assez longs avec des cohortes de sujets importants. La possibilité également d’un lien entre la prévention des facteurs de risque vasculaire (comme le meilleur équilibre du diabète  et de la tension artérielle) et la diminution ces dernières années des démences dans les pays développés a aussi été évoquée.

Un nouveau pas est franchi avec une étude, ou plutôt une méta analyse de plus d’une centaine études, sur l’alimentation dans l’enfance. Il apparait en effet que des facteurs de risque cardiovasculaire peuvent exister dès l’enfance en particulier lors d’une alimentation trop riche en sel, en graisses saturées, viandes et également lors d’un régime comportant trop de calories (type fast-food et abus de sodas). A l’inverse en augmentant sa consommation de vitamine D, de fibres, d’acides gras mono- et polyinsaturés, de fruits et de légumes, ces mêmes facteurs de risques se réduisent. En revanche, ce travail n’apporte pas d’élément concernant le fameux régime méditerranéen lorsqu’il est débuté dès l’enfance. D’autres travaux sont en cours sur ce thème mais il reste difficile évidemment d’en évaluer l’impact sur une période aussi longue.

 

Un autre travail a montré que l’on pouvait essayer de mieux personnaliser l’alimentation des diabétiques pour obtenir un meilleur équilibre de leur glycémie. Des chercheurs ont réalisé un algorithme permettant en utilisant des données aussi variées que l’anthropométrie, le style de vie et la composition des micro organismes de l’intestin, d’orienter vers les repas les plus appropriés. Il apparait donc dans ce travail que la réponse glycémique est assez complexe et  dépend de nombreux facteurs dépassant le contenu du repas. Ces éléments seraient à prendre en compte pour améliorer et si possible prévenir des pathologies comme le diabète, l’obésité.

 

Références: Funtikova AN et coll. : Impact of diet on cardiometabolic health in children and adolescents. Nutr J., 2015; 14: 118. doi: 10.1186/s12937-015-0107-z.

Zeevi D et coll.Personalized Nutrition by Prediction of Glycemic Responses. Cell. 2015 19; 163: 1079-94.

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire