Du neuf dans les médicaments pour l’Alzheimer ?

Il n’existe pas de traitements médicamenteux pour traiter la maladie d’Alzheimer. Les approches non médicamenteuses ont en revanche pris de plus en plus d’importance, plusieurs études ont en effet montré leur bénéfice dans les troubles du comportement ou pour soulager les aidants.

Plusieurs molécules sont cependant en cours d’expérimentation pour la maladie d’Alzheimer. Les études cliniques en phase 2 et 3 correspondent aux études les plus avancées où le nouveau produit est testé chez des patients versus un placebo. Les nouvelles molécules en évaluation ont des modes d’action différents. La plupart agissent sur la formation de la plaque amyloïde.

La sembragiline (RG1577, EVT 302 ; Roche et Evotec) est un inhibiteur puissant, sélectif et réversible de la MAO-B. In vitro il permet de réduire la production de radicaux libres et et la neuro-inflammation. Cependant les résultats n’ont pas été concluant chez l’homme avec une essai de 542 patients présentant des maladies d’Alzheimer à un stade modéré, suivis pendant un an. Il pourrait cependant avoir un effet plus intéressant sur certains patients ayant des troubles comportementaux plus marqués.

Le S38093 (Servier) est un puissant antagoniste du récepteur H3 de l’Histamine. Deux essais randomisés de phase 2 ont été menés chez 711 patients atteints de maladie d’Alzheimer légère à modérée (MMSE 15-24) et chez 806 patients au stade modéré (MMSE 12-20). Aucun bénéfice n’a été retrouvé. Son développement a donc été arrêté.

Le RVT – 101 (Axovant Sciences), un inhibiteur du récepteur 5HT6 qui augmente l’acétylcholine dans des études précliniques. Deux des études ont permis de montrer son innocuité. Il pourrait avoir une action dans un essai encore limité de phase 2  chez des patients atteints de maladie d’Alzheimer légère à modérée. En association avec le donepezil, il permettrait une amélioration fonctionnelle et cognitive comparativement au donepezil seul. Une nouvelle étude « MINDSET »  de phase 3 en association avec le donepezil a débuté en octobre 2015 dans la maladie d’Alzheimer légère à modérée et il devrait aussi être évalué dans d’autres formes de démence.

 

 

facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire